UN NOUVEAU VOYAGE VERS L'AILLEURS.

Télécharger le programme 

Cliquez ici pour feuilleter le programme en détail.

 

Cette quatrième édition va permettre au festival « Là-bas, vu d’ici » d’affirmer et de révéler un peu plus son identité. Bien entendu, comme chaque année nous allons vous faire découvrir des paysages et des régions du monde magnifiques, à travers les regards et les témoignages de nos invités. Bien entendu, nous allons vous offrir des images, des récits de voyages, venus de lointains pays. Mais, nous allons également vous proposer diverses et nouvelles façons de découvrir le monde. Ainsi, le reportage d’investigation sera au programme, avec Olivier Weber, notre invité d’honneur, qui nous réserve une soirée exceptionnelle. Autre grande première : le film d’animation, que nous avons tenu à intégrer cette année. Tout ceci, afin de vous proposer la palette la plus large de moyens de découverte de l’Asie du Sud-Est. Notre guide sera le fleuve Mékong. En suivant son cours, nous découvrirons les richesses culturelles d’un passé millénaire. Les temples d’Angkor, la baie d’Along, les pagodes Birmanes, les vertes rizières, les ethnies des montagnes Laotiennes et Vietnamiennes. L’histoire contemporaine surgira çà et là au cours du festival, car elle demeure indissociable de cette région et de ces pays, lardés de cicatrices beaucoup trop profondes pour avoir complétement disparues. Ce voyage nous livrera son lot d’images ancrées dans l’imaginaire ou la mémoire de tous les voyageurs. Laissez-vous porter par les flots du fleuve Mékong, pour ce nouveau périple qui s’annonce passionnant, à la découverte de pays qui conservent et perpétuent, encore aujourd’hui, leurs cultures et traditions, face au modernisme dévorant.

Bon voyage à tous.


Evelyne Dress. (photo de Jean-Philippe Baltel)
Evelyne Dress. (photo de Jean-Philippe Baltel)

Evelyne Dress

(Actrice, réalisatrice, écrivain)

Marraine de l'édition 2014

 

Evelyne Dress, apprend la comédie sur les bancs du Centre d’Art Dramatique de la rue Blanche à Paris. Sa carrière débute au café-théâtre, puis au théâtre où elle donne notamment la réplique à Claude Dauphin, Rufus, et bien d’autres. Dans les années 70, elle tourne plusieurs films en compagnie d’Annie Girardot, Bernard Blier, Maurice Ronet, Françoise Fabian, et sous la direction de grands réalisateurs tels : Edouard Molinaro, Michel Audiard ou Michel Deville. Evelyne Dress se révèle au grand public aux côtés de Bernard Giraudeau dans le film de Patrick Schulmann : « Et la tendresse Bordel ! » (1979). Elle aura ensuite pour partenaires de cinéma : Michel Piccoli, Richard Berry, Jacques Dutronc, Marcello Mastroianni, Jean-Claude Brialy, Jean-Paul Belmondo pour ne citer qu’eux, et entre autres metteurs en scène : Jacques Deray, Gilles Behat, Maurice Dugowson, et Ettore Scola. Au début des années 90, Evelyne Dress publie son premier roman « Pas d’amour, sans amour », qu’elle adapte avec succès au cinéma en 1992. D’autres romans suivront : « La Maison de Petichet », « Les tournesols de Jérusalem » et « le Rendez-vous de Rangoon ». Ce dernier livre lui permet de découvrir la Birmanie. En repérage pour de son prochain roman, Evelyne Dress a séjourné en antarctique, une façon comme une autre de préparer également sa venue au festival « Là-bas Vu d’ici ».

Evelyne Dress a accepté avec beaucoup de gentillesse d’être la marraine de cette quatrième édition. Nous en sommes particulièrement heureux et flatté.

 

Depuis plusieurs années, je plante le décor de mes romans, ailleurs : en Palestine pour « Les tournesols de Jérusalem », en Birmanie pour « Le rendez-vous de Rangoon », en Pologne pour « Un château dans la brume ».

Je procède toujours de la même manière. J’écris un synopsis, puis, je me mets dans la peau de mes héroïnes et je vais vivre la vie que je leur ai inventée dans le pays que je leur ai choisi. Évidemment, cette démarche est pleine d’imprévus. Mais ce sont, justement, ces imprévus que je pars chercher.

Pour « Un océan de blanc », mon prochain roman, j’ai choisi le Groenland d’où je reviens avec des images plein la tête et l’urgence de raconter ce que j’ai vécu, au bout des doigts.

Lorsque l’on m’a proposé d’être la marraine 2014 du Festival des voyages et des lointains horizons, « Là-bas Vu d’ici », j’ai accepté immédiatement et avec bonheur, car je me suis sentie légitime à remplir cette mission.

Je me réjouis, donc, de rencontrer des écrivains-voyageurs qui ont célébré l’Asie du Sud-Est et d’autant plus que nous nous retrouverons dans les Cévennes, territoire de tous les voyages possibles, que j’affectionne particulièrement. Mais ceci est une autre histoire que je me plairai à vous raconter.

                                                                                             Evelyne Dress

Olivier Weber, posera son sac au VIGAN, le temps d'un week-end.
Olivier Weber, posera son sac au VIGAN, le temps d'un week-end.

 

Olivier Weber

Grand reporter – Ecrivain voyageur

Invité d'honneur - Grand témoin

 

Ecrivain-voyageur, romancier et grand reporter, Olivier Weber a notamment voyagé pour ses livres et reportages en Orient, en Inde, en Afghanistan, sur la route de la Soie et en Amérique latine. Après des études d'anthropologie et d'économie, il part en Californie sur les traces de Jack London puis se lance dans le grand reportage, aux États-Unis, en Afrique et au Moyen-Orient. Devenu grand reporter et correspondant de guerre pour le Sunday Times, Libération, le Guardian, puis Le Point, il a séjourné avec une vingtaine de mouvements de guérillas. Ses aventures l'ont notamment mené jusqu'au fin fond des maquis de la drogue, dans le Triangle d'or, les fiefs des rebelles birmans, les vallées des combattants kurdes, les montagnes d'Afghanistan et les repaires de pirates dans les mers chaudes. Prix de l'Aventure, Prix Albert Londres, Prix Joseph Kessel et Prix Lazareff, il est aussi lauréat du Trophée de l'Aventure. Ambassadeur itinérant auprès des Nations Unies pendant cinq ans, il a tiré de ses errances des récits de voyage ainsi que des romans, couronnés par plusieurs prix littéraires et traduits dans une dizaine de langues. Il est notamment l'auteur de French Doctors, Chasseurs de dragons, Le Faucon afghan, Le Grand Festin de l'Orient et La Bataille des anges.

Biographe de Conrad, Kessel, Bodard et Ella Maillart, OIivier Weber a réalisé et écrit par ailleurs une quinzaine de documentaires dont « L'Opium des talibans », « Sur la Route du Gange » et « La Fièvre de l'or », qui ont obtenu plusieurs prix et récompenses internationales. Président du Prix Joseph Kessel et membre du Prix Albert Londres, Olivier Weber poursuit toujours ses itinérances aux quatre coins du monde, et nous rapporte de précieux témoignages de ses lointaines régions en proie à diverses tensions.

Olivier Weber sera l’invité d’honneur de la quatrième édition de notre festival « Là-bas, vu d’ici ».

 

Olivier Weber, présentera son film "Trafic, les rubis des khmers rouges", le vendredi 29 août, en soirée, et sera présent tout au long du festival pour dédicacer ses nombreux livres.

Stéphanie Jantzen, photographe.
Stéphanie Jantzen, photographe.

Nos autres invités :

 

Stéphanie Jantzen

 

Stéphanie Jantzen photographe internationale, est diplômée de l’école de photographie The Creative Circus d’Atlanta (États-Unis). En 1999, elle devient photographe publicitaire à New York puis, très vite, s’oriente vers la photo documentaire à travers le monde. En 2001 elle commence le projet de livre « Sous un même ciel – Regards du monde », qui évoque en images les similarités observées dans la diversité des peuples. Après avoir vécu 4 années à Mumbai (Inde), Stéphanie Jantzen revient en France en 2011. Elle a réalisé des reportages documentaires pour le magazine NATIONAL GEOGRAPHIC FRANCE (décembre 2012, couverture / 20 pages: sur les pas du Bouddha).

"La photographie absorbe et reflète l'expression de la lumière gravée dans le temps, inscrivant en couleur les traces de la vie."- Stéphanie Jantzen

            Stéphanie Jantzen expose au château d’assas

            « LUMIERES DE VIE » (Birmanie, Cambodge)

            Du 22 août au 7 septembre 2014.

Vernissage le vendredi 22 août – 18h00 (salle sous-sol – château d’Assas)

 

            Dimanche 31 août :

            Stéphanie Jantzen, animera un atelier de photographie de voyage.

            Balade en sa compagnie dans le petites ruelles de la ville, et le long de la rivière, pour apprendre à capter l’instant, et bien utiliser son appareil photo.

            Rendez-vous aux tentes du festival – Place du Quai à 9h00.

            Renseignements/Réservations : 04.99.54.27.00

St. Lansaque et Fr. Leroy
St. Lansaque et Fr. Leroy

 

Stéphanie Lansaque et François Leroy

(Réalisatrice et réalisateur)

 

Stéphanie Lansaque : Après avoir étudié le design textile et le graphisme à Paris, elle a travaillé en tant que directrice artistique pour la presse et l’édition. Elle a commencé à travailler dans l’animation en 2004 avec la co-réalisation de "Bonsoir Monsieur Chu". "Mei Ling". « Fleuve rouge, Song Hong » est son troisième film.

François Leroy : Après avoir étudié le design à Paris, il a obtenu un diplôme d’animateur aux Gobelins. Depuis 2002, il travaille comme animateur sur différents projets (longs-métrages, séries, films publicitaires…) et a co-réalisé "Bonsoir Monsieur Chu », "Mei Ling", et « Fleuve rouge, Song Hong ».

"Toa, cavalier Hmong", réalisé avec Delphine Oger.
"Toa, cavalier Hmong", réalisé avec Delphine Oger.

 

Bernard Germain

 

Réalisateur de nombreux films et documentaires de création autour du cheval et de la montagne, Bernard Germain se laisse également aller à écrire nouvelles, romans, essais et scénarios. A la fois conférencier et consultant, il demeure proche de la nature, et endosse parfois ses habits de guide de haute montagne. Son amour pour les cimes et la vie simple se ressent parfaitement dans ses magnifiques images. Son film « Toa, cavalier Hmong », présenté cette anneé au festival, et qu’il a co-réalisé avec Delphine OGER, pose un regard paisible et poétique sur la dure vie de ces fesmmes et hommes des Montagnes Vietnamiennes.

Lilian Vezin.
Lilian Vezin.

Lilian Vezin

 

Écrivain, photographe et grand voyageur, Lilian Vezin est passionné de nature et d'exploration. Après plusieurs milliers de kilomètres à pied et à vélo autour du monde, il se passionne pour l’Asie qu’il parcourt inlassablement depuis une dizaine d'années. Il parcourt les recoins les plus inaccessibles du monde par le biais de grandes expéditions et se passionne pour la découverte de territoires inexplorés (source du Mékong au Tibet, Plateau du Pamir au Tadjikistan et au Nord de l'Afghanistan). Samedi 30 août, Lilian nous fera partager son aventure au fil du Mékong, fleuve qu'il a descendu depuis sa source jusqu'à son delta.

Photo : Christian Vérot.
Photo : Christian Vérot.

 

Christian Verot

 

Christian Vérot est reporter, auteur-conférencier, photographe et cinéaste… mais c'est avant tout un voyageur amoureux du Vietnam. Depuis 20 ans il arpente le pays du Nord au Sud, il sillonne le moindre sentier d'Est en Ouest et capture l'instant. Il a rencontré mille visages et écouté autant d'expériences de vie.

Nicolas Jouhet, nous présentera son aventure au Laos.
Nicolas Jouhet, nous présentera son aventure au Laos.

Nicolas Jouhet

 

Nicolas Jouhet  a découvert l’Asie lors de son voyage au Laos : « Cette culture, dont le cœur est la spiritualité, m’a passionné. Depuis, je voyage régulièrement en Asie accompagné, de mon appareil photo, afin de faire comprendre et faire partager la profondeur de cette culture. ». Ses innombrables photographies sur cette région sont en elles-mêmes un véritable voyage.

Louis Ioskowitch a derrière lui de nombreuses chevauchées aux quatre coins du monde.
Louis Ioskowitch a derrière lui de nombreuses chevauchées aux quatre coins du monde.

 

Louis Ioskowitch

 

            Louis est un voyageur tranquille, qui avance sûrement, sur un itinéraire parsemé de rencontres. Il est un voyageur passionné par la découverte de nouveaux paysages, mais surtout par la découverte des autres, et des instant partagés avec eux. A écouter Louis, nous raconter ses différents périples, on se laisse emporter avec confort vers des horizons que nous ne pensions pas atteindre un jour.

Solidream : La belle aventure.
Solidream : La belle aventure.

Brian Mathé, Morgan Monchaud, Siphay Vera. 

 

            Ces trois jeunes Gardois sont partis pour un tour du monde qui leur a pris trois années de leur vie. Leur motivation : Vivre leur rêve de grands espaces, et d’amitié. En 900 jours, ils ont traversé tous les continents à pied, à vélo, en bateau, sur un rythme soutenu, parfaitement rendu par le film qu’ils sont en train de monter. Ils seront présents au festival pour nous faire partager leur étape en Asie du Sud Est, et nous parler de leur fabuleuse expérience.

 

Carnets en poche, Ph. Bichon nous racontere la Birmanie.
Carnets en poche, Ph. Bichon nous racontere la Birmanie.

Philippe Bichon

 

 

 

Le regard et les crayons affûtés, Philippe BICHON aime découvrir le monde un carnet à la main et seul, pour être au plus près des gens. Dessiner permet de mieux s’imprégner des lieux, de rencontrer la population autrement. Il nous livre ici sa vision dessinée d’une Birmanie qui livre depuis peu ses fabuleux trésors aux voyageurs émerveillés.

Dessin du Laos. Samuel Chardon
Dessin du Laos. Samuel Chardon

Samuel Chardon et Céline Roussel.

 

Céline et Samuel, depuis longtemps voyageurs réels - Samuel a voyagé déjà tout petit avec ses parents en réalisant de nombreux voyages en Algérie- ou dans leurs coeurs - Céline se passionnait à découper des photographies de pays étrangers puis elle les regroupait en les collant dans des cahiers-, réalisent leur premier voyage ensemble au Maroc puis en Inde. Au retour de celui-ci, emplis de fascination pour l'Inde et grâce aux nombreux dessins de Samuel, ils décident de réaliser leur premier "Carnet de Voyage", un livre regroupant des dessins faits sur place et des petits textes de Céline sur le mode de vie, les coutumes, les religions de ce pays. Commence alors pour eux une vie de voyages, et de Carnets de Voyages : découvrir de nouveaux paysages, de nouvelles façons de vivre, de personnes aux coeurs riches. De nombreux carnets s'enchaînent au fil des ans et des voyages ( de 3 à 14 mois). Ils voyagent simplement, avec leurs enfants, en camion parfois, au contact des habitants. Céline écrit d'ailleurs dans leur dernier carnet "Nous acceptons toujours les cadeaux et les invitations car pour nous, le voyage c'est avant tout la rencontre de l'autre. Plus que les sites touristiques ou les paysages, c'est cette rencontre avec l'autochtone que nous aimons, avec lui que l'on apprend, à toute vitesse, l'essentiel: sa langue, sa façon de vivre, cuisiner, élever des enfants, son rapport à l'environnement, le jardinage, l'élevage, l'habitat, la religion, l'habillement, etc . Bref, tout ce qui détermine le mode de vie propre à sa culture, sa civilisation. Chaque pays, ses particularités, ses us et coutumes - ressemblances et différences." Le voyage, la découverte fait partie intégrante de leur mode de vie

Photo : Clément Bouteille.
Photo : Clément Bouteille.

Clément Bouteille

 

            Clément a réunit ses deux passions : « l’image et le voyage ». Il nous présentera deux films courts (clip vidéo), sur le Cambodge et la Birmanie. Avec lui, nous déambulerons entre les ruines des temples d’Angkor, et sur la piste des pagodes d’or. Nous avons choisi de lui laisser écran libre pour lui permettre de vous présenter son travail.

Philippe Bessoles, Yves Marcérou et Marie-Claude Richaud. Les créateurs des éditions Barameï.
Philippe Bessoles, Yves Marcérou et Marie-Claude Richaud. Les créateurs des éditions Barameï.

 

Une maison d’édition parmi les invités du festival « Là-bas, vu d’ici ».

« Les éditions BARAMEI »

 

Baramei, “la sagesse” en langue khmer, la toute nouvelle maison d’édition implantée à Pézenas, propose des récits autour de voyages réalisés dans le monde entier.Mais loin de ressembler à des guides touristiques classiques, les ouvrages édités parlent ici plus particulièrement de l’histoire d’un pays et de rencontres avec la population et leur culture… Chacun des ouvrages aborde aussi des sujets graves, comme la prostitution infantile, la guerre ou le fanatisme qui sévissent encore dans certains pays du monde. C’est donc sans langue de bois et aucun artifice qu’est livrée aux lecteurs la réalité crue… Créée au printemps dernier, les éditions Baramei sont nées de trois passionnés venus d’horizons divers : Philippe Bessoles, professeur d’université, est l’auteur des textes ; Yves Marcérou, plasticien, de l’illustration ; et Marie-Claude Richaud, l’administratrice des éditions, apporte son regard sur les écrits grâce à son parcours journalistique.

L’aventure a débuté en 2010, après que Philippe a écrit un livre sur le Cambodge. Et tout naturellement, l’auteur a pensé à Yves pour l’illustration.

Une fois édité, Cambodge : à la croisée des chemins, a été présenté au Festival international des carnets de voyages de Clermont-Ferrand, et a obtenu le prix “Coup de cœur ” de Médecins sans frontières. Après cela, l’envie de continuer cette coopération s’est imposée. Mais alors que les éditeurs sont en récession, le trio décide de créer leur propre maison autour du carnet de voyage et de récits de voyage. L’écrivain, qui dit avoir eu besoin d’utiliser sa plume autrement (hors son écriture universitaire), s’inspire de ses missions humanitaires qui l’emmènent à travers toute la planète pour transposer dans ses écrits, les us et coutume d’un peuple… C’est un autre genre littéraire qui rapporte fidèlement le témoignage des personnes rencontrées. Ce sont toujours des histoires vraies, non scénarisées. Heureusement, tout n’est pas triste dans ces carnets avec quelques touches humoristiques et une écriture désinvolte. Mais les écrits engagent à une réflexion sur l’humain. Sur sa collaboration avec l’illustrateur, il explique : “La rencontre avec Yves a été déterminante. Il arrive à dire ce que je ne peux pas dire avec ses illustrations. C’est un travail à deux mains : avec un pinceau et un stylo.” Pour l’illustrateur : “Cette rencontre m’a permis d’aller vers du figuratif (lui, le plasticien abstrait). J’ai développé et enrichi mon parcours esthétique avec un ancrage artistique différent.”

                 Les livres des « éditions Baramei » seront disponibles tout au long du festival, à la librairie éphémère du voyage (place du Quai). Les auteurs seront présents, et à votre dispositon pour discuter avec vous, de leurs ouvrages, et les dédicacer.

 

Editions Barameï. Carnets de voyage
Madame Marie-Claude RICHAUD
13, Avenue de Verdun
34120 PEZENAS
Tel: 06 07 59 30 61
baramei34@gmail.com

 

Sylvie Barès, chorégraphe.
Sylvie Barès, chorégraphe.

 

Sylvie Barès.

 

Sylvie Barés, danseuse chorégraphe, bénéficie d’une longue expérience professionnelle et pédagogique dans l’enseignement de la danse, les méthodes de relaxation, de connaissance du corps et la création chorégraphique. Elle a été notamment directrice artistique et chorégraphe du théâtre contadim, danseuse et chorégraphe au centre de recherches chorégraphique du pays d’Apt.

A l’occasion du festival, elle vous propose une approche d’une danse venue d’Indonésie : le « poco-poco. »

 

Le Poco-Poco est une danse moderne populaire issue d’une île de l’Indonésie.

Pratiqué par les femmes et par les hommes, le Poco-Poco est une danse dans l’esprit du « madison » occidental en plus élaboré. Métissage des caractéristiques de la danse du monde austronésien et des bases de la danse jazz, il s’effectue en lignes et en colonnes avec déhanchement, balancements, gestuelles des bras et des mains, en se déplaçant successivement vers les quatre orients. La musique d’accompagnement du Poco-Poco, prononcez « potcho potcho », à base de percussions, parfois agrémentée d’accordéon ou d’orgue électrique, évoque la musique moderne et populaire Malaise. Le Poco-Poco se danse le plus souvent sur un « tube » indonésien actuel se nommant également « Poco-Poco ».

 

Chapelle de l’hôtel de la Condamine (« les orantes »)

Danse POCO-POCO Modern’danse Indonésienne

Atelier tous niveaux adultes (à partir de 16 ans)

Sous la direction de Sylvie Barés.

 Renseignements / Réservations :

Dimanche 31 août de 10h30 à 12h30 (Accueil des stagiaires à 10h15)

Tarif 20 euros le stage - Renseignements : 06.13.15.39 38

Réservations : 04.99.54.27.00 - Chèque d’acompte de 10 euros à l’ordre de : act+

A déposer ou à envoyer à : Festival « Là-bas, vu d’ici » - Maison de l’intercommunalité

3, Avenue sergent Triaire – 30120 LE VIGAN

 

 

Les jeunes danseuses et danseurs qui se produiront pendant le festival.
Les jeunes danseuses et danseurs qui se produiront pendant le festival.

« Association communauté Hmong du Sud »

 

LE PEUPLE HMONG

Les légendes Hmong parlent d’un temps lointain où les Hmong occupaient des régions couvertes de neige et de glace. Leurs origines se situeraient alors en Sibérie et sur les vastes plateaux de Mongolie. Leurs croyances religieuses, la pratique chamanique et les vêtements des femmes s’apparentent ainsi étroitement à ceux des peuples de ces régions. Descendus en Chine, ils vivaient sur les plaines des provinces du sud-est. Les Hmong faisaient partie de plusieurs groupes ethniques nommés « Miao ». Ce terme utilisé par les Chinois était synonyme de « sauvage » et « barbare » car les Hmong ne se soumettaient pas à la culture chinoise. Au fil des siècles, ce refus de la sinisation les obligea alors à mener de multiples guerres. Des guerres où ils devaient constamment défendre leur droit à la différence et à la liberté. A la fin du XVIII siècle, ils furent contraints d’émigrer vers le sud, jusqu’à arriver dans la péninsule indochinoise. Ils se sont alors installés dans les montagnes du Tonkin, du Laos et de la Thaïlande, loin des plaines déjà habitées par les ethnies majoritaires.

 

Danses, musiques et chants traditionnels :

Vendredi 29 août à 19h00 - Ouverture officielle du festival.

Dans les jardins de l'hôtel de la condamine

Samedi 30 août à 12h00 - Place du Quai

Au coeur du marché d'été.