Télécharger
Festival Là-bas, vu d'ici 2016
Festival des voyages et des lointains horizons - vendredi 26, samedi 27 et dimanche 28 août 2016
Programme 2016 OK.pdf
Document Adobe Acrobat 4.8 MB


Festival 2016, rétrospective en images...


Florence Aubenas

Journaliste, grand reporter

Marraine du festival

 

Florence Aubenas est née le 6 février 1961 à Bruxelles. Elle est Journaliste et reporter de guerre. De 1986 à 2006, Florence Aubenas intègre en tant que Secrétaire de rédaction, le service Société puis étranger au quotidien « Libération », avant de devenir grand reporter. Elle couvre de nombreux événements au Rwanda, au Kosovo, en Algérie, en Afghanistan et en Irak, ainsi que plusieurs grands procès en France. Lors d'un reportage en Irak, en 2005, elle est retenue en otage pendant plusieurs mois. En 2006, elle quitte « Libération » pour rejoindre « Le Nouvel Observateur ». De février à juillet 2009, elle prend un congé sabbatique, s’installe à Caen et mène l’enquête sur la France des travailleurs précaires. De cette expérience naît le livre Le Quai de Ouistreham, publié en février 2010. En avril 2012, elle rejoint « Le Monde », et couvre le conflit Syrien à partir de juillet, en tant qu’envoyée spéciale. Fin 2014, elle publie son dernier livre « En France ». Elle y fait entendre la voix de celles et ceux qu’elle a pu croiser au cours de ces différents reportages. Récemment, Florence Aubenas est venue enquêter à Lunel sur le problème des jeunes djihadistes.

Dans les pas de sa consœur Anne Nivat, marraine de la précédente édition, Florence Aubenas a très gentiment accepté d’être la marraine de la 6ème édition du festival « Là-bas, vu d’ici ».

Daphné Victor, ici en photo aux côtés de Stéphane Dugast, lors de la parution de la biographie : "Paul Emile Victor, j'ai toujours vécu demain".
Daphné Victor, ici en photo aux côtés de Stéphane Dugast, lors de la parution de la biographie : "Paul Emile Victor, j'ai toujours vécu demain".

 

Daphné Victor

Invitée d’honneur du festival

 

 

Daphné Victor est la fille unique de Paul-Émile Victor, la petite sœur de Geoffroy et de Jean-Christophe, la grande sœur de Teva et la sœur jumelle de Stéphane. Après des études universitaires de droit. Prenant conscience, un mois avant le concours de la magistrature, qu’elle n’est pas fondamentalement faite pour ce type de vie, elle intègre la société cinématographique Gaumont où, sur le terrain, elle apprend à promouvoir et distribuer les films. En 1985, elle fonde Neuf de Cœur, société de production et de distribution de films d’auteur, qu’elle dirige jusqu’en 1994. L’année suivante, elle entre chez Expand Images, grand groupe de production télévisuelle, et se laisse rattraper par le droit en y exerçant les fonctions de juriste spécialisée dans la propriété intellectuelle, littéraire et artistique.

Parallèlement, mais sans y consacrer autant de temps qu’elle le souhaiterait, Daphné Victor gère à partir de 1995 le patrimoine immatériel laissé par son père, en travaillant notamment à l’édition ou à la réédition de ses livres. Comme ses frères, elle est partie prenante de l’association du Centre polaire Paul-Émile Victor de Prémanon, dans le Jura, qu’elle préside depuis 2005. En 2004, elle peut enfin se consacrer quasi exclusivement à la transmission de la mémoire de son père, pour les dix ans de sa mort en 2005 et, surtout, les cent ans de sa naissance en 2007. En 2011, avec le journaliste Stéphane Dugast, elle s’applique à la rédaction de la biographie de Paul-Émile Victor, parue fin 2015 aux Éditions Robert Laffont.

 

Une invitée outre-Atlantique pour le festival "Là-bas, vu d'ici".
Une invitée outre-Atlantique pour le festival "Là-bas, vu d'ici".

Marquise Lepage.

Scénariste, réalisatrice et productrice.

 

Marquise Lepage a fondé les Productions du Cerf-volant en 1998. Cependant, son travail en cinéma et télévision a débuté dix ans plus tôt, avec la sortie de son premier long-métrage de fiction : Marie s’en va-t-en ville. Elle a une formation de cadres et de dirigeant aux HEC, une formation en écriture des nouveaux médias et en cinéma d’animation. Elle est Bachelière en communications de l’Université du Québec à Montréal, et a obtenu une maîtrise en études cinématographiques de l’Université de Montréal.

Elle a été productrice et membre du conseil d’administration des Productions du lundi matin. Elle a travaillé pour de nombreuses maisons de productions dont Sovimage, Pixcom, Trinôme, ECP, EGM et Virage et elle a été réalisatrice pour l’Office National du Film du Canada et pour Radio-Canada. Elle a enseigné à l’Université du Québec à Montréal, l’Université de Montréal et l’Institut de l’image et du son. Très active dans la communauté cinématographique, elle a notamment été présidente de l’Association des réalisateurs et réalisatrices du Québec (ARRQ) et siège actuellement au conseil d’administration de l’Académie canadienne du cinéma. Elle est actuellement présidente de Réalisatrices Equitables et vice-présidente de l’ARRQ. Ses productions – fictions ou documentaires – sont marquées par le souci d’un style cinématographique fort qu’elle met toujours au service d’un contenu percutant. De nombreux prix, ici et à l’étranger, ont souligné l’excellence de son travail. Son tout dernier film « Ce qu’il ne faut pas dire », est sorti sur les écrans au Québec, au printemps 2015.

Stéphane Dugast

 Reporter, Auteur, Réalisateur

 

Stéphane Dugast multiplie les enquêtes sous toutes les latitudes avec une singulière attirance pour la mer, les pôles, les aventures et les immersions en tous genres. Reporter, mais également auteur, chroniqueur et réalisateur de films documentaires ou webdocumentaires, il est aussi le créateur du blog EMBARQUEMENTS dédié au monde de l’aventure et de l’exploration. Stéphane Dugast est également membre de la Société des Explorateurs Français, dont il est le secrétaire général. Il est le lauréat de plusieurs prix, dont le Prix du Beau Livre maritime 2008 de Concarneau & d'Ouessant (pour : "Dans les pas de Paul-Emile Victor"), le Prix Eric Tabarly 2011 (pour "Zéraq - La mer sur le vif") ainsi que le Prix du Beau Livre 2010 de l'Académie de Marine (pour : "La Jeanne d’Arc, porte-hélicoptères R97".

 

Il sera présent au festival « Là-bas, vu d’ici » pour parler de mer, de pôles, de voyages, et présenter son film documentaire « Dans les pas de Paul-Emile Victor », en compagnie de Daphné Victor, fille de l’explorateur, avec laquelle fin 2015, il a signé la biographie : « Paul-Emile Victor, j’ai toujours vécu demain ».

 

Tété-Michel Kpomassie.

 

Né en 1941 au Togo, Tété-Michel Kpomassie était destiné, par ses parents, à servir le culte des serpents… Mais il découvre, dans la bibliothèque d’un missionnaire, un ouvrage consacré aux Esquimaux. Au début des années 60, il entame un grand voyage à travers l’Afrique puis l’Europe pour se rendre au Groenland, séjournant dans chaque pays visité. Il finit par trouver un navire pour le conduire au pays de ses rêves, où il vivra deux ans parmi les Inuits… Son récit, « L’Africain du Groenland », publié en 1981, est préfacé par le grand ethnologue Jean Malaurie et obtient le Prix littéraire francophone international. Traduit en huit langues dont le Japonais, il a figuré dans la sélection des meilleurs livres de l’année du New York Times. Pour l’écrivain Abdourahman Waberi "c’est un livre mythique au sein de la littérature Africaine, Kpomassie est le premier des écrivains voyageurs africains". Tout récemment le livre a été traduit en Espagnol, aux « Editions Turner Libros » à Madrid, en février dernier.

 « Quand j’ai débarqué, tous croyaient avoir vu le diable. J’étais le premier Africain qu’ils voyaient de leur vie… Imaginez la scène : 1m80, et noir comme la nuit. ».

Tété-Michel Kpomassie sera présent tout au long du festival, et nous parlera de cette extraordinaire et extravagante aventure.

 

 

Zoé Lamazou

Journaliste.

 

Après avoir rêvé d’être trapéziste et être passée par l’école du cirque, Zoé Lamazou s’est tournée vers le journalisme, et écrit aujourd’hui principalement sur des sujets de société. Lauréate de plusieurs prix pour divers reportages, notamment traitant des migrants clandestins, qui lui ont valu le « hugh Cudlipp Prize », elle travaille actuellement pour la chaîne de télévision France 24, et y réalise des webdocumentaires. Zoé Lamazou est bien entendu « la fille de son père », Titouan, ce qui lui a donné « le goût du voyage, des mots et des images ». Elle sera présente au VIGAN, tout au long du festival pour nous parler de son aventure, et du livre « Une saison de chasse en Alaska » (éd. Paulsen).

Victor Gurrey

Dessinateur, graphiste.

 

Victor GURREY est devenu dessinateur à l’âge où l’on apprend à tenir un crayon. Il se forme au graphisme et à l’illustration à l’École nationale supérieure des Arts décoratifs de Paris. Ses dessins ont été publiés dans la revue XXI et Le Monde diplomatique entre autres. En 2011, il découvre l’Arctique, embarqué comme dessinateur de bord lors d’une expédition scientifique en Sibérie. En 2013, il rejoint Zoé Lamazou pour un projet commun, et s’embarque pour « Une saison de chasse en Alaska ». Il est l’auteur de l’illustration du livre, et vous pourrez admirez son travail en visitant l’exposition mise en place pendant le festival à la maison de Pays. Victor Gurrey sera présent au VIGAN, aux côté de Zoé Lamazou.

Céline Espardellier.

Comédienne, conteuse, metteur en scène.

 

Céline Espardellier a deux passions majeures : Le théâtre, et le pays des glaces. Comédienne, assistante de mise en scène, elle intègre en 1999, la compagnie « Par-dessus les toits », au sein de laquelle, elle crée des spectacles/contes, où elle joue et met en scène. En 2004, elle monte l’expédition « Racines de glace » au Groenland, dans les traces de son grand-père disparu au cours d’une des expéditions polaires Françaises en 1951. De là, nait une véritable passion pour le pays du froid et les Inuits, dont elle étudie la langue et la culture. S’en suivent de nombreuses créations de contes Inuits, de spectacles et de conférences sur le grand Nord.

 

Pierre Dutrievoz, avec ses deux enfants.
Pierre Dutrievoz, avec ses deux enfants.

Pierre Dutrievoz.

Réalisateur, guide de haute montagne.

Réalisateur, artiste plasticien, guide de haute montagne, Pierre Dutrievoz réalise de nombreuses voies dans les Alpes ainsi que des expéditions dans les montagnes du monde. (Everest, Mont Mac Kinley, Groenland). Il associe ses passions pour la création esthétique et pour la haute montagne en travaillant sur le tournage de films d’aventure pour la télévision.  Pierre Dutrievoz vient rejoindre la liste de nos invités, pour y présenter une belle aventure. Celle d’un père qui fait la promesse à ses deux fils, de les accompagner glisser sur la calotte glaciaire, à l’endroit où naissent les icebergs. L’heure venue, promesse tenue, l’aventure commence. Partir pour un telle expédition, où le danger se confond au grandiose, où il faut se garder des surprises de la nature, pas seulement pour soi-même, mais aussi pour ses deux compagnons de route qui s’avèrent être ses propres enfants, pouvait être un pari difficile à relever. Une détermination sereine et réfléchi, un bonheur de partager des instants inoubliables, un lien filial et charnel, une joie profonde et désirée de découvrir l’inconnu, et d’y parvenir Tout cela a redu l’aventure possible et belle. Pierre Dutrievoz nous racontera les détails de ce périple en famille, aux côtés de son fils ainé, Niels.

 

Résolument tournés vers leur pays d'adoption où ils se trouveront cet été,  Alain et Nathalie ne pourront être parmi nous. Nous les retrouverons en direct par téléphone à l'issue de la projection.
Résolument tournés vers leur pays d'adoption où ils se trouveront cet été, Alain et Nathalie ne pourront être parmi nous. Nous les retrouverons en direct par téléphone à l'issue de la projection.

Nathalie et Alain ANTOGNELLI.

Photographes, réalisateurs.

 

Ce couple de photographes professionnels monégasques s’engage très tôt dans des projets aux longs courts en quête d’images et d’expérience humaine. Leur passion pour les grands reportages menés en commun voit le jour sur les Terres des pays de l’Afrique Australe qu’ils parcourent avec pour bagages : aile delta, parapentes, et kayaks démontables, cela sur 70 000 km de 1987 à 1993. Alors photographes free-lance pour le compte de magazines spécialisés, ils réalisent au Zimbabwe, le premier survol des Chutes Victoria en aile delta (1989) puis en parapente (1990). Là se confirment leurs passions pour les grands espaces où la faible densité de population rapproche les hommes. Pendant vingt ans ils mènent de front leur activité commerciale de photographe en Principauté de Monaco (Photo Team) et leurs passions. Ensemble, ils s’initient en 1995 à la pratique du kayak de mer itinérant. Si les rivages de la Corse voient leurs premières navigations, c’est en mer d’Écosse, de Norvège, d’Islande et du Spiztberg qu’ils font leur véritable apprentissage des navigations solos en mer froide. Au printemps 2006, lors de raids de conduite d’attelages à chiens, sur un tronçon de la « Yukon Quest Race » dans le nord-ouest canadien, ils font involontairement l’apprentissage des températures extrêmes, bivouaquant 10 jours durant sous tente par -43°…Alertés par les bouleversements imminents liés aux effets de l’industrialisation et des changements climatiques, et avant que la situation ne transforme irrémédiablement l’un des derniers sanctuaires sauvages de la planète, ils se lancent en 2009 dans le projet d’immortaliser par l’image les communautés du Groenland.Six années plus tard, après 5 500 km de navigation en kayak, quatre années au total, passées sur place, et trois hivernages, ils sont adoptés par une famille groenlandaise. De tout cela, ils ramènent un authentique témoignage, des milliers de photos et un premier film : « L’Âme de la banquise » un documentaire de 52 minutes de leur vie passée avec les chasseurs d’ours polaire.

 

 

Gaël Derive.

Expert scientifique


Docteur ès sciences, son expérience scientifique l'a amené à travailler au sein des grands organismes de recherche Français (CNRS, INRA, IRD) sur les thématiques propres à l'étude de la planète (Glaciologie,  hydrologie, climatologie, biosphère...). Avec le projet, "Une planète et une civilisation", il explore la planète de l'arctique à l'Amazonie, du Pacifique à l'Himalaya, pour aborder les problèmes globaux (humains et écologiques), de manière plus humaine et plus concrète. Gaël Derive figure, aujourd'hui, parmi les premiers témoins de l'homme et du climat de la planète. L'édition 2016 du festival "Là-bas, vu d'ici", de par son thème consacré au monde des glaces, se devait d'aborder la question du changement climatique. Gaël Derive apportera toutes ses connaissances et son expérience pour répondre aux nombreuses questions des festivaliers. Carte "blanche" lui sera donnée autour de son film" "Une planète et une civilisation", le dimanche 28 août à partir de 10h30. La projection sera, bien entendu, suivie d'une longue discussion avec Gaël Derive.

 

Gaston

 Dessinateur.

 

Au fil de ses dessins, Gaston nous emmène en balade. Ses carnets de voyages, il les traite avec la forme et l’humour de la BD. Que ce soit, à la Réunion, à Madagascar, à Mayotte, en Guyane ou à la Martinique…, ses voyages sont pleins d’énergie et de peps. Basé à MONTPELLIER, il ne pouvait manquer l’occasion d’enrichir ses balades dessinées d’une découverte de la ville (« Balade à Montpellier »), et de ses environs (« Chez nous … à Palavas »). Outre ses carnets de voyage, il compte plus d’une vingtaine d’albums à son actif, dans lesquels il s’adonne à l’observation humoristique de ses contemporains. Gaston sera au festival « Là-bas, vu d’ici » en dédicace.

 

Vivi Navarro.

Peintre, carnettiste.

 

L’horizon de Vivi Navarro pourrait être un unique trait bleu, ce trait même qui marque l’infime limite entre le bleu du ciel et celui de la mer. Où commence le premier, et où se termine le second ? A regarder cet horizon du quai du port de Sète, il est souvent balayé par les accostages et les appareillages des navires, des cargos, des vaisseaux. Vivi Navarro s’est prise de passion pour ces géants des mers. Peintre embarquée, elle s’approche au plus près de ces tôles battues par vents et marées, de ces équipages ébouriffés et trempés, de ces soldats, guerriers des mers. Ses peintures et photographies, son écriture, reflètent un profond respect doublé d’admiration pour les marins. Après «Géants des mers » (éditions Magellan et Cie), Vivi navarro nous présentera  son tout dernier livre, à paraître en juillet, dédié au cap hornier Russe. Tout au long du festival, Vivi Navarro vous parlera de sa passion, et vous la fera partager à n’en pas douter.

 

Lucie Rioland.

Illustratrice, carnettiste.

Lucie Rioland, est née 1977. Elle a été formée à l’école Estienne à Paris, et à l’École supérieure des arts décoratifs.

"Aimant dessiner depuis mon plus jeune âge, j'ai suivi différentes formations en écoles d'art. Illustratrice en édition jeunesse depuis plus de 10 ans, je prends un grand plaisir en parallèle à sortir crayons, stylos, aquarelles de mon atelier pour les emporter sur les chemins que je parcours lors de mes voyages. Les croquis sont pour moi un moyen de capter de façon personnelle et sensible un instant de vie, un échange, une ambiance, un paysage...Le dessin est aussi une incroyable porte ouverte à la rencontre et au partage, au-delà de la barrière de la langue.

Avec en bagage la pratique de nombreuses techniques de dessin, j'ai commencé par encadrer des "Rando-croquis" pour Nature & Découverte en région parisienne. J'encadre depuis plusieurs années maintenant des voyages "Carnet nomade" dans différents pays avec Azimut Voyage où j'accompagne individuellement les voyageurs dans la création de leur carnet de voyage. Après avoir vécu dans différentes régions en France, je suis revenue il y a quelques années à mes terres d'origines que sont les Cévennes. Alors c'est un peu à la maison que je vous propose, à travers cet atelier, de partager mon expérience, d'apporter des conseils et des idées pour la réalisation de votre carnet de voyage. À chacun son regard et sa retranscription, bon voyage !"

Lucie vous propose un atelier "carnet de voyage", le samedi 27 août à partir de 09h30 à la maison de l'intercommunalité. (Voir programme), et sera en dédicace au village du festival.