Catherine Velle

 Romancière

 Marraine du Festival

 

Catherine Velle, petite-fille d’André Chamson, fille de Frédérique Hébrard et Louis Velle, est née dans une famille d’écrivains et n’a donc pas pu échapper au virus de l’écriture. Elle a été comédienne, publicitaire et directrice de la communication d’un grand groupe de presse féminine. Son premier roman, «La vallée des mensonges» (Flammarion), adapté et diffusé sur France 3, a réuni près de 4 millions de téléspectateurs en juin 2014. «Sœurs Chocolat» (éditions Anne Carrière) a été élu le «One Book-One Federation» 2011 des Alliances Françaises USA. «Un pas dans les nuages» (éditions Anne carrière), (Prix Cabri d’Or de l’Académie d’Alès ), son cinquième roman, se déroule dans les somptueux décors du Mont Aigoual, cette région des Cévennes où Catherine Velle aime à retrouver ses racines, dans la douce quiétude des saisons cévenoles. Catherine Velle propose un voyage inversé. Le festival propose de voyager vers le monde au départ de notre région Viganaise. Catherine Velle, propose au monde de découvrir les Cévennes au fils des pages et des mots.

 

(Photo Thierry Rateau)


Sibylle d’Orgeval

Réalisatrice

Invitée d'honneur du Festival

 

Réalisatrice de documentaires, Sibylle d’Orgeval a tourné son premier film en 2001, après un tour du monde à vélo. Elle a été l’assistante de Yann Arthus-Bertrand, et co-auteur avec lui, du projet « 6 milliards d’Autres », qui a donné lieu à une exposition au Grand Palais, à Paris, résultat de cinq années de voyage à travers le monde pour recueillir les témoignages d’hommes et femmes sur les cinq continents. Depuis, Sibylle d’Orgeval, sac en bandoulière et caméra au poing, sillonne la planète, en réalisatrice indépendante, que ce soit, sur le pont du voilier Tara, à pied ou à cheval. Ces dernières années, elle a tourné sur les routes du monde plusieurs documentaires, diffusés dans le cadre de l’émission « Échappées belles ». L’année dernière, elle a pris les chemins de traverses, de Paris à Marseille, au pas lent des chevaux, à la rencontre de ceux qui font vivre le France rurale, ceux qui vivent à contre courant d’un modèle imposé. En 2015, Sibylle d’Orgeval était déjà présente au festival « Là-bas, vu d’ici », pour présenter le documentaire coréalisé avec Manon Loizeau : « Yémen, le cri des femmes ». Cette année, elle revient en terres Viganaises, en qualité d’invitée d’honneur, pour présenter deux de ses réalisations. Une jeune femme, au regard portée vers l’Ailleurs, vers la rencontre et la découverte, que nous sommes très heureux de compter parmi nous, pour ce nouveau voyage.


Cédric Gras

Auteur, écrivain-voyageur

Invité d'honneur littéraire


C’est en combi Volkswagen, aux côtés de ses parents, que Cédric Gras découvre l’Europe, et l’envie de voyager. Après des études de géographie, il part découvrir le monde, en passant par le Canada, l’Amérique du Sud, et l’Himalaya, pour finir par poser son sac à Omsk, au fin fond de la Sibérie. Il s’installe un an après à Vladivostok, et fonde une Alliance française dans cette ville du bout du monde. C'est le début de multiples voyages à travers l'Eurasie. Au total, il a vécu 10 années dans des régions russophones. Après « Vladivostok, neiges et moussons », il publie « Le nord, c’est l’Est ». Suivront : « Le cœur et les confins », « L’hiver aux trousses », et « Anthracite », son premier roman, traitant du conflit Ukrainien. Sa dernière aventure le fait s’embarquer à bord du brise-glace l’Akademik Fedorov, chargé de ravitailler les bases Russes en Antarctique, dans la mystérieuse mer des Cosmonautes. Cédric Gras sera parmi nous au cours de ces trois jours de festival pour nous faire partager sa connaissance des confins Russes.


Cécile Cusin

Réalisatrice-voyageuse

 

« Je suis originaire de Haute-Savoie, où je réside actuellement car la montagne est pour moi une passion, mais surtout un mode de vie dont je ne pourrai me passer. Sa rudesse me rappelle combien nous, humains, sommes intimement liés à la Terre et non supérieurs à elle… ce qui change tout dans notre rapport à la nature bien sûr, mais aussi aux autres et à la vie. ».

 

Alors, cette nature qui l’attire tant, Cécile Cusin part à sa rencontre au fil des ans, et chaque fois qu’elle le peut. Que ce soit à travers les hauteurs alpestres, en argentine, en Islande, en Israël, en Russie, et dernièrement au Japon. Elle promène son sac et sa caméra à la découverte de lieux reculés, et magnifiques. Au fil de ses documentaires, elle raconte des histoires de découvertes, des histoires d’expérience, des histoires d’hommes. Pour cette nouvelle édition du festival « Là-bas, vu d’ici », Cécile viendra nous raconter cette belle, mais rude traversée du Kamchatka aux côtés de son frère.


Christophe Boula

Scénariste-réalisateur

 

Spécialiste du bouddhisme, Christophe Boula s’intéresse aux religions, aux croyances et à la mythologie. Touché par le devenir des peuples nomades qui doivent s’adapter au monde des sédentaires, à leurs frontières, leurs lois, leur conception de la vie, il réalise « Enfances nomades » (2015), un film sur la destinée des nomades d’Asie centrale, héritiers de traditions ancestrales et ré-inventeurs perpétuels de nouveaux modes de vie.

 

 « Avant de commencer le tournage, j'ai étudié pendant longtemps ces gens et leurs enfants. Je suis convaincu qu'il est important pour eux de maintenir une relation avec leurs racines et traditions. C’est une sorte de source qui leur donne la force de faire face aux difficultés et de profiter de moments de joie ».

 


Emilie Maj

Anthropologue, spécialiste de la Iakoutie

 

 C’est à 21 ans, qu’Emilie MAJ, se rend pour la première fois en république Sakha, avec le désir d’apprendre à jouer de la guimbarde et de découvrir les chevaux iakoutes. Ce voyage va incontestablement déterminer son avenir, et dicter de longues années d’étude sur cette région isolée du territoire Russe. Depuis, Emilie Maj est devenue anthropologue, spécialiste de la culture iakoute. Elle a passé de nombreuses années sur le terrain, réalisé deux missions pluriannuelles pour l’Institut Paul Emile-Victor, et organisé des tournées pour des musiciens traditionnels de Sibérie. Avant cela, elle a enseigné la traduction du Russe vers le Français à l’université d’état de Iakoutsk, donné des cours de Français aux enfants d’une école de Iakoutie, pour ensuite, être chargée en 2007, d’un cours d’initiation à la langue iakoute, initié par Anne-Victoire Charrin, spécialiste des littératures Sibériennes. Ses recherches l’ont amenée à Paris, Cambridge, ou Tallin en Estonie. En 2009, elle entame une nouvelle campagne de 4 ans sur le sujet des fêtes et des rituels. Emilie Maj parle couramment le Polonais, l’Anglais, le Russe, le Iakoute, et a notamment publié un livre intitulé « parlons Sakha ». En plus de ses nombreuses activités, elle dirige la maison d’édition « Borealia », dont l’objectif est de faire connaître la culture iakoute sous toutes ses formes. Emilie Maj nous présentera le court-métrage iakoute « le Pêcheur », nous parlera du cinéma iakoute, et bien entendu de cette région qui lui tient tant au cœur.

Dimanche 27 août – 15h00


Eric Dumas

Voyageur des routes

 

« Tailler la route », c’est sans doute l’éternel projet d’Eric Dumas. Après avoir acquis en pièces en 1977, une vénérable BMW R12 attelée de 1939, et l’avoir remontée avec patience et acharnement, Eric Dumas est parti aux quatre coins du globe, chevauchant sa monture motorisée. Le Cap Nord, l’Asie, l’Amérique du sud, ou l’Algérie en 2012, avant de se lancer dans un périple de quatre mois à travers l’Europe de l’Est, la Russie, jusqu’à parvenir en Mongolie, et ses grands espaces. Eric Dumas sera de passage au Vigan pour nous raconter sa passion du voyage et de la route. Eric ne sera que de passage, car quelques jours, après, il repart, toujours assis sur sa BM, vers les steppes de l’Asie Centrale.


Philippe Chapuis

Voyageur à l'affût

 

Les voyages ont commencé sportivement en 1998 lors d'expéditions en alpinisme et en escalade. Le premier séjour en Sibérie a eu lieu en 2005 dans l'Altaï (au sud de la Sibérie centrale) pour l’ascension du mont Béloukha avec une expédition franco-russe. Pour de nombreux voyageurs occidentaux, le premier contact avec la Russie est souvent catastrophique car incompréhensible. Et pour cause ! Puisque la Russie, ce n'est ni l'Asie, ni l'Europe. Un monde à part. Pour Philippe, épris de nature, ce fut une révélation sur le plan humain. La fascination des grands espaces et la rencontre avec l'autre sont devenus au fil des années le moteur du questionnement et du voyage. Les échanges avec les Evènes du Kamtchatka (nomades), les Khakasses de la République de Khakassie (sédentaires), les Tozhous de la République de Touva (nomades), les Dörvöds de Mongolie (nomades) mais aussi les habitants de Mourmansk, Omsk, Saint-Pétersbourg ... ont permis d’interroger le rapport de l’homme à son environnement et à son histoire. Dans le but de donner du sens au voyage, de se confronter à l'autre pour dépasser les idées préconçues, Philippe s'intéresse à l'apprentissage de la langue russe depuis trois ans. Pour comprendre l'autre, il faut se mettre à l’écoute et dialoguer. Témoignage sur l’histoire et la vie des hommes, le cinéma documentaire, tel qu’il le conçoit, rend compte des impressions d’un voyageur ordinaire.


Guth Joly

Un regard voyageur

 

Guth Joly est écrivaine, scénariste, illustratrice, auteure de bandes dessinées et plasticienne, écrit également des nouvelles, travaille pour le théâtre (décors, affiches), crée des installations/assemblages et anime des ateliers.

A publié : Le manteau d’image, roman (Belin, 2005), Mademoiselle Gris poussière (Lo païs, 2005), La petite fille derrière la fenêtre (Lo païs, 2002), Le zoo des mots (Ed. du Ricochet, 1999), Iris magicienne, manga (Kodansha, Japon), Les croqueurs de sable, BD (Vents d’ouest, épuisé), Je t’écris de Sibérie, roman (Belin, 2006).Et vogue ma galère autour du monde

 

En 2003, Guth Joly traverse toute la Sibérie de Moscou jusqu’à l’île de Sakhaline, sur les traces de l’écrivain Tchékhov, et reprend l’itinéraire de son voyage en 1890. C'est notamment de cette aventure dont elle viendra nous parler au cours de la semaine de littérature Russe à la Médiathèque "Château d'Assas". Guth sera bien entendu présente au cours du festival.

 


Clara Arnaud

Écrivaine-voyageuse

 

Clara Arnaud est née en 1986. Après des études de Chinois et de géographie, elle décide d’aller sur le terrain approfondir ses connaissances, en traversant à pied avec deux chevaux de bats, et sans autorisation, la région Ouïghour Chinoise, jusqu’aux plateaux tibétains. De cette belle aventure nait son récit de voyage « Sur les chemins de Chine », (éditions Gaïa 2010), qui lui vaut le « prix terres insolites », « prix des grands espaces », et le « prix René Caillié des écrits de voyage ». Après avoir successivement vécu en Chine, en république Démocratique du Congo, et aujourd’hui, installée au Honduras, Clara Arnaud, écrit son premier roman « L’Orage » (éditions Gaïa), en 2015, « prix de l’E.N.S Cachan ». En 2106, Clara reprend la route, sur les chemins escarpés du Caucase. A pied, en compagnie d’un cheval, elle traverse l’Arménie, et la Géorgie. Le récit de on voyage : « Au détour du Caucase, conversation avec un cheval » (2017, éditions Gaïa) sera en librairie dans le courant du mois de juin. Clara Arnaud sera présente parmi nous pour nous raconter cette nouvelle aventure, qui ne devrait pas être la dernière.


Lucye Rioland

Les dessins de traverse


"Aimant dessiner depuis mon plus jeune âge, j'ai suivi différentes formations en écoles d'art. Illustratrice en édition jeunesse depuis plus de 10 ans, je prends un grand plaisir en parallèle à sortir crayons, stylos, aquarelles de mon atelier pour les emporter sur les chemins que je parcours lors de mes voyages.

Les croquis sont pour moi un moyen de capter de façon personnelle et sensible un instant de vie, un échange, une ambiance, un paysage...

Le dessin est aussi une incroyable porte ouverte à la rencontre et au partage, au-delà de la barrière de la langue.

Avec en bagage la pratique de nombreuses techniques de dessin, j'ai commencé par encadrer des "Rando-croquis" pour Nature & Découverte en région parisienne. J'encadre depuis plusieurs années maintenant des voyages "Carnet nomade" dans différents pays avec Azimut Voyage où j'accompagne individuellement les voyageurs dans la création de leur carnet de voyage."

 

 

Lucye animera l'atelier "carnet de voyage pour jeunes voyageurs", le samedi 26 août à partir de 10h00, à la maison de Pays.


Delphine Hanno

Photographe, voyageuse

 

Delphine, 31 ans, océanographe de formation à toujours eu un gout prononcé pour l'aventure et la découverte. Après quelques années passée dans la recherche à l'Ifremer (Brest) et une année à étudier la graphisme, elle décide de réaliser un grand projet qui lui trotte dans la tête: Rallier Ullan Bator à vélo ... par la "voie du nord" et poursuivre sa découverte des pays d’ex-URSS. Le grand départ aura lieu début 2014 du Pas-de-Calais. Ce sera finalement 18 mois passés sur les routes à pied et à vélo, à la rencontre des gens et de leur mode de vie. C'est durant ce périple que Delphine développera sont goût pour la photo, le dessin et la communication. Depuis son retour, après un bref passage par la Belgique, Delphine s'est installée à Montpellier et lance son activité de photographe. (Exposition "La Russie à vélo" - Maison de Pays).


Pascale Hédelin

Auteure, écrivaine pour la jeunesse

 

Pascale Hédelin a rédigé de nombreux articles documentaires pour les revues Wapiti, Toboggan, Mobiclic… (Milan Presse). Elle est également l’auteure de nombreux textes pour la jeunesse : des romans tels que "Le Secret de Farida" chez Bayard Édition et chez Milan, des pièces de théâtre comme "Sous le masque" (coll. « Aujourd’hui Théâtre »), ainsi que des documentaires : "Les Pirates", "Les Gladiateurs", "Les Pharaons", "Les Cro-Magnon" (coll. « Au temps des… »), "Le Canard, clown de la mare" (coll. « Mini Patte »), "Mon premier tour d’Europe"… Elle a l’habitude de passionner les petits avec son style à la fois simple et vivant.


Gaston

Dessinateur

 

Au fil de ses dessins, Gaston nous emmène en balade. Ses carnets de voyages, il les traite avec la forme et l’humour de la BD. Que ce soit, à la Réunion, à Madagascar, à Mayotte, en Guyane ou à la Martinique…, ses voyages sont pleins d’énergie et de peps. Basé à MONTPELLIER, il ne pouvait manquer l’occasion d’enrichir ses balades dessinées d’une découverte de la ville (« Balade à Montpellier »), et de ses environs (« Chez nous … à Palavas »). Outre ses carnets de voyage, il compte plus d’une vingtaine d’albums à son actif, dans lesquels il s’adonne à l’observation humoristique de ses contemporains. Gaston sera au festival « Là-bas, vu d’ici » en dédicace.

Ce sera la deuxième visite de Gaston à notre festival.