JEUDI 23 AOUT - 18h00

Chapelle des Orantes - Avenue Emmanuel d'Alzon

VERNISSAGE DE L'EXPOSITION

"A l'assaut des murs de Buenos-Aires".

 

 

Mathieu Renault creuse toujours plus encore les couches de papiers pour leur rendre toute leur poésie : elles sont les mues de la ville.

 

« Le besoin d’arracher ses peaux à la ville relève aussi de la même impulsion que celle qui nous fait ramasser et garder au creux de la main le plus beau des galets de notre promenade, le long de la mer. Même lorsque ce qui nous entoure, cette réalité par exemple, est aussi laid que possible, il nous faut nous en saisir pour y découvrir les beautés recelées. A porté »e de main créatrice, j’arrache ses épaisseurs d’affiches à la rue. Parce que le papier déjà imprimé, une fois laissé à lui-même dans le cœur urbain, s’imprime encore de tout ce qui s’y passe. Arracher les affiches, c’est découvrir ce qui se trame derrière la ville »

 

Dimanche 26 Août.

Rencontre avec Hector Herrera, et projection du film

"Victor Jaraz n°2547" de Elvira Diaz.

 

Victor Lidio Jara Martinez, est né à Ignacio (Chili), le 28 septembre 1932. Il meurt à l'âge de 41 ans, assassiné par les militaires lors du coup d'état de septembre 1973. Issu d'une famille paysanne modeste, il reçoit de sa mère, elle-même chanteuse, le goût de la musique et du chant. Il s'intéresse de prés au folklore musical Chilien, et parvient à se faire un nom dans le milieu. Ses chansons critiquent la bourgeoisie Chilienne, contestent la guerre du Vietnam, rendent hommage aux révolutionnaires latino-américaines, ainsi qu'au peuple, et à l'amour. Il soutint et s'engagea auprès de Salvador Allende. Arrêté lors du coup d'état du 11 septembre 1973, il est torturé à l'estadio Chile (aujourd'hui estadio Victor Jara), et assassiné par les militaires à "l'estadio Nacional". Parmi les dépouilles transférées pour identification, Hector Herrera reconnaît celle de Victor Jara, et réussit a contacter la famille afin qu'elle puisse récupérer le corps. Victor Jara sera enterré en semi clandestinité le 18 septembre 1973. Le 5 décembre 2009, après trois jours d'hommage populaire, il sera enterré dans le cimetière national de Santiago. Certains auteurs de l'assassinat ont été arrêtés en 2013. Aujourd'hui le procès des assassins de Victor Jara n'est toujours pas achevé. Hector Herrera retourne souvent au Chili pour témoigner, participe à des conférences, des rencontres. Pour ne pas oublier le Chili et les chiliens, pour ne pas oublier Victor Jara.