Hector Herrera

                                                                         Grand témoin du festival

                                                                           Le chili au cœur et au corps.

 

Hector Herrera est l’invité grand témoin de notre festival. Son histoire est à jamais liée à celle de son pays, le Chili, et aux évènements sanglants qui émaillèrent le coup d’état du 11 septembre 1973. Exilé en France, Hector Herrera a gardé secret pendant plus de quarante ans, un acte de désobéissance face à la cruauté de la junte militaire. Le film « Victor Jara n°2547 », réalisé par Elvira Diaz, projeté dimanche 25 août, revient en détail sur les journées qui ont changé la vie d’Hector Herrera, et celle d’une multitude de Chiliens. Samedi Matin, vous pourrez rencontrer cet homme qui a osé, et qui ose toujours et encore. Aujourd’hui, Hector Herrera partage sa vie, entre le Chili, sa terre natale, et la France, sa terre d’exil. Il sera parmi nous, pendant les trois jours du festival, et nous en sommes très heureux. 

Rencontre avec Hector Herrera : Samedi 25 août (10h00) – Au camp de Base des Orantes.

Discussion autour du film « Victor Jara n°2547 » - Dimanche 26 août (Cinéma Le palace)

 

                                                                                         Ted Simon.

                                                                                                           Invité d'honneur

   Journaliste voyageur

L’homme aux deux tours du monde.

 

Ted Simon est né en 1931. C’est en France, à Paris, qu’il entame sa carrière de journaliste, pour le Continental daily mail. De retour en Angleterre, ses articles sont remarqués par l’éditeur du Daily Express. Par la suite, il écrit dans d’autres journaux et revues, crée son propre magazine, et retourne vivre en France, où il collabore avec plusieurs journaux anglais. A la fin de l’année 1973, sponsorisé par le Sunday Times, il enfourche sa moto, une Triumph Tiger 100, pour ce qui sera son premier tour du monde. En quatre année, il va parcourir plus de 120.000 kilomètres, et connaître mille aventures et rencontres, qui feront l’objet de son livre « Les voyages de Jupiter ». Au début des années 80, Ted Simon marche en Europe de l’Est, entre Kaliningrad et la Roumanie, à la recherche de ses racines, et notamment, celles de son père. Il raconte ce périple, et cette quête, dans son livre « The Gypsy in me ». En 2001, alors âgé de 70 ans, Ted reprend la route sur une moto BMW R80GS, pour un second tour du monde suivant le même itinéraire que le premier. Trois années plus tard, il est de retour, et se remet à l’écriture : « Dreaming of Jupiter ». Aujourd’hui, Ted Simon s’est installé dans un petit village du département de l’Hérault, d’où il regarde le monde tourner autour de lui.

(Rencontres pendant le festival)

 

 

Alexandre Mostras

                                                                                              Réalisateur – Photographe

 

Photographe passionné par les cultures « de l’autre côté du globe » depuis plus de quinze ans, Alexandre Mostras, a, pour un temps abandonné, son appareil photo pour sa caméra, et pose un œil bienveillant sur de nouveaux horizons.

A travers ses films documentaires remplis de poésie et d’audace, il nous donne à découvrir des régions méconnues, des gens merveilleux et des rites improbables.

Sans réellement nous guider, il nous apporte quelques-unes des clefs pour comprendre la richesse et la variété des cultures qu’il visite, que ce soit au Laos, Costa-Rica, Japon, Oman, Mexique…

Alexandre Mostras sera présent au Vigan, pour la projection de son film « Argentine, terres du cheval papillon ». Ce film fera l’ouverture du festival, et vous fera découvrir une Argentine inconnue.

 

(« Argentine, terres du cheval papillon » - Cinéma Le Palace – Vendredi 24 août – 21h00)

 

                                                                         Géraldine Marin 

Voyageuse en création

 

Géraldine Marin est à l’origine de projet ambitieux, sportif et créatif : « Le Bato A Film ». Aux commandes de son voilier « Tortuga », et avec son équipage, elle bouclera juste avant le festival, le tour de l’Amérique du sud, après un départ de La Rochelle, et un retour par Panama. En tout, ce sera un an de voyage où elle profitera de ses escales, pour remplir ses bagages de courts-métrages d’animation faits sur place. Le but: mieux connaitre la culture des pays visités et à son retour, partager le bonheur des rencontres vécues. Rio de Janeiro, la Terre de Feu, Valparaiso et le canal de Panama, Géraldine Marin veut saisir en images et en mots, la beauté et l’âme de ces lieux mythiques.

Au cours de la traversée, les participants auront le temps jusqu’au port suivant pour monter le court métrage, utilisant les images d’animation réalisées lors des ateliers. Contes poétiques, ces films seront le fruit de leurs ressentis, leurs sensations, et viseront avant tout à partager une saveur du lieu

Géraldine Marin, sera présente au Vigan, pour nous présenter son film d’animation « Ventane de Papel ». Une visite poétique, vivante, surprenante, du Port de Valparaiso, si cher à Pablo Neruda. A peine débarquée, Géraldine, viendra au Vigan, pour nous raconter cette année de découverte et d’aventure.

Une jolie rencontre en perspective.

 

(« Ventana de papel » Cinéma Le Palace – Samedi 25 Août – 15h00)

 

                                                                            Stéphanie Fontaine et Léla

                                                                                                                     Une amitié voyageuse

 

Léla, fidèle chienne, vit une année en Amérique du Sud en compagnie de « Bourricotte », son humaine à vélo. Elle ouvre la route, fait naître les sourires et les gestes amicaux. Leur voyage est construit autour d’un projet de solidarité internationale dont l’objectif est de partager des connaissances en orthophonie et psychomotricité. Elles apportent ainsi un autre regard dans des institutions accueillant des personnes en situation de handicap au Pérou, en Bolivie, au Chili et en Argentine.

 « Pédale et tu verras ! » décrit les émotions positives et négatives qui jalonnent leur parcours. Le vélo implique un rythme ralenti et une progression lente, opportunités pour Bourricotte de vivre au présent, d’admirer la nature luxuriante, de profiter de chaque rencontre avec les autochtones et de s’interroger sur le sens de la vie…

Géraldine, et sa petite chienne, seront présentes au Festival, pour nous parler de leur cohabitation, et de leurs découvertes.

 (« Pédale et tu verras » - Cinéma Le Palace – Samedi 25 août 17h00).

 

                                                                                                  Marie Bouty

                                                                                                      Bergère voyageuse

 

La démarche de Marie se rapproche de celle du festival « Là-bas, vu d’ici ». Aller voir ailleurs, rencontrer les gens, voir comment cela se passe, être curieux, pour s’épanouir et profiter. Bergère de Haute Provence, Marie est partie se « frotter », au monde des gauchos, en Patagonie Argentine et Chilienne. Un voyage de plusieurs mois à cheval qui l’a conduite à travailler dans les grandes estancias Patagonnes, afin de partager un même savoir-faire ancestral. De son séjour dans l’immensité Patagonne, Marie a rapporté une extraordinaire expérience, dont elle nous parlera. Elle a également rapporté de magnifiques images, qui nous font découvrir un monde rude, soumis à la solitude et au vent, pourtant attachant de fraternité. Marie nous fera partager sa passion des grands espaces. Nous avons hâte d’écouter ses histoires du bout du monde, avant qu’elle ne s’en retourner s’occuper des agnelages de son troupeau.

 

(« Gauchos, bergers de Patagonie » - Cinéma «Le Palace – Samedi 25 août – 21h00).

  

                                                              Mathieu Renault

                                                                                      Artiste peintre

 

Formé aux métiers du livre à Paris, où il fait à l’occasion quelques fresques sur les murs métropolitains, c’est véritablement au cours de ses voyages en Amérique latine qu’il se forme à la création plastique : le sens des couleurs et leur asservissement au regard au milieu de la cohue humaine dans le cœur de Sao Paolo et, si possible, au pied d’une pile de pont, l’ennui de la ligne droite parmi les grandes diagonales des avenues de la Cordoba argentine, ou le clair-obscur à l’ombre miroitante des grattes ciels crasseux de Panama City. En 2008, c’est à Montpellier, au sein du collectif de l’Atelier du Nord, qu’il va entamer cet épluchage systématique des murs montpelliérains de leurs couches d’affiches. S’emparant du « lacéré anonyme » cher à R. Hains et J. villégié, dès les années soixante, de cet accident qui fait se rencontrer les trames de couleurs et de texte des affiches, pour créer par déchirement spontané, un paysage pictural sur les murs même de la ville, Mathieu Renault creuse toujours plus encore les couches de papiers pour leur rendre toute leur poésie : elles sont les mues de la ville.

« Le besoin d’arracher ses peaux à la ville relève aussi de la même impulsion que celle qui nous fait ramasser et garder au creux de la main le plus beau des galets de notre promenade, le long de la mer. Même lorsque ce qui nous entoure, cette réalité par exemple, est aussi laid que possible, il nous faut nous en saisir pour y découvrir les beautés recelées. A porté »e de main créatrice, j’arrache ses épaisseurs d’affiches à la rue. Parce que le papier déjà imprimé, une fois laissé à lui-même dans le cœur urbain, s’imprime encore de tout ce qui s’y passe. 

"Arracher les affiches, c’est découvrir ce qui se trame derrière la ville."

 

                                                                                                                                                       Maïté Bernard

                                                                                                                                                                              Ecrivaine

 

Maïté Bernard est née à NIMES. A l’âge de treize ans, elle découvre l’Argentine et Buenos-Aires, où elle restera jusqu’à l’obtention de son baccalauréat. Rentrée en France, elle étudie à la Sorbonne. Elle passe deux années aux Etats Unis, la première dans le Michigan, et la seconde à New-York. Cette vie de voyages, lui inspire ses premiers romans.

Par la suite, elle s’installe à Versailles. Elle publie trois romans « Un cactus à Versailles », « Monsieur Madone », et son tout dernier : « Paris est tout petit » (édition Syros), édité en février 2018. Elle est également l’auteure de la pentalogie pour adolescents : « Ava ».

Maïté Bernard, sera présente tout au long du festival pour vous rencontrer et dédicacer ses livres.

Vous pourrez également vous entretenir avec elle, au cours du petit déjeuner littéraire du Samedi 25 août.

Lucie Land                                                                                                                Ecrivaine voyageuse

  

A 17 ans, avec son bac anglophone dans ses bagages, Lucie Land part vivre au Canada, sur l’île de Vancouver. Elle habite dans une caravane, enseigne le Français dans des réserves indiennes, donne des cours de saxophone, lit les écrivains américains et russe. C’est le début d’un long voyage qui, sac dans le dos, l’emmènera de New-York, jusqu’en Inde, puis en Europe, Ukraine, Turquie. Au fil de ses voyages, elle devient tour à tour serveuse de bar, vendeuse de ballons, clown, comédienne, acrobate et musicienne, plus surprenant, testeuse de scooter, avant de devenir manager d’un groupe de jazz. Elle finit par poser son sac à Uzès, dans une gare désaffectée, pour écrire des romans et des poèmes. « Gadji », son premier roman (Editions Sarbacane) a rencontré un franc succès. Son deuxième "Good Morninq Mister Paprika" sera publié, toujours aux éditions "Sarbacane". Son troisième livre « La débrouillardise » (Editions Grasset) est sorti au mois de mars.

 

Vous pourrez rencontrer Lucie Land, au cours du festival, et notamment lors de l'entretien "Petit Déjeuner", du samedi 25 août, avec Maïté Bernard.

                                                                                Hervé Grimal

                                                                                         Ecrivain voyageur

  

De l'imaginaire à l'écriture, de la rencontre aux mots, Hervé Grimal, écrivain, mais aussi artiste plasticien, écrit ses textes et réalise ses illustrations, aquarelles et photos. ''Prix de l'écriture'' à la 8e biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand. ''Je vis et je travaille dans le Gard. Je commence à réaliser des livres d'artistes en 1994, mais ce n'est que depuis le passage de l'an 2000 que j'axe mes recherches dans le monde du livre. Un travail à la fois d'artiste et d'artisan puisque je conçois entièrement mes ouvrages, l'écriture et les illustrations. La diffusion en autoédition et les tirages sont signés et numérotés à 25 exemplaires''.

Ainsi une série de livres ont vu le jour sous sa signature, Impressions de voyageL'Espagne autour de la peinture de Goya, Vélasquez et Le Greco ; Les Indes avec de Delhi à Bénarès et Bénarès un but suprême ; le passage de la sublime porte entre Europe et Asie. Des thématiques nouvelles ensuite avec Babylone les jardins suspendus...à la découverte des jardins de Paradis, ou encore Le jardin de la Noria un chemin d'eau et le Jardin de Laure une oasis au milieu de la garrigue écrasée par le soleil. Plus près de nous, encore, Le voyage du bambou, l'itinéraire du végétal entre Asie et Cévennes.

Ses trois derniers livres sont réunis sous le titre « Impressions de voyage dans l’Empire du milieu ». Le tout dernier sorti : « Un séjour à Suzhou et à Shangaï », sera présenté au festival.